Statue de Janusz Korczak en procession avec les enfant

 

Table ronde

le lundi 26 janvier 2015

avec
- Jean-Claude Lonka, auteur et petit fils d’un ami de Janusz Korczak

- Henri Cohen, Président de la loge du B’nai Brith « Janusz Korczak » et

- Jean-Claude Ast (éditions Fabert), éditeur de Janusz Korczak

 

   Courant 2015 devrait paraitre aux Editions Fabert un livre de Jean-Claude Lonka « De Moukden à Hotz -Plotz », un ouvrage romancé consacré à son grand-père Yankel Kopel Lonka, soldat de l’armée rouge à la fin de la grande guerre après avoir été « cantoniste »,  et donc  incorporé d’office dans l’armée du Tzar où il y avait  bien connu Henryk Goldszmit, devenu plus tard Janusz Korczak.

 

Janusz Korczak (22 juillet 1878 ou 1879 - août 1942) était un enseignant juif polonais, auteur d’ouvrage sur les enfants, et pédiatre. Il mourut en martyr à son arrivée à Tréblinka en accompagnant les enfants de son orphelinat, pour ne pas les laisser partir seuls vers leur fatal et tragique destin, alors que les nazis eux même ne l’avaient pas inscrit sur la liste de déportation. 

Il fut l’un des Juifs de renommée mondiale qui avaient un moyen de sortir de Pologne mais il choisit de rester avec ceux qui n'avaient pas cette possibilité. En 1939, quand la seconde guerre mondiale éclata, Korczak se porta volontaire pour le service militaire dans l'armée polonaise, mais fut refusé en raison de son âge. Il assista à l‘invasion de Varsovie par la  Wehrmacht. Lorsque les Allemands créèrent le Ghetto de Varsovie en 1940, son orphelinat fut obligé de déménager. Korczak déménagea avec les enfants. Le 5 ou 6 août 1942, les soldats allemands vinrent prendre les orphelins et une douzaine de membres du personnel pour les emmener au camp d'extermination de Treblinka.

Korczak s’était vu offrir refuge du côté « aryen » par Żegota*, mais avait refusé à plusieurs reprises, disant qu'il ne pourrait pas abandonner ses enfants. Le 5 août, il refusa de nouveau cette offre, insistant sur le fait qu'il irait avec le les enfants.

Les enfants étaient vêtus de leurs plus beaux habits, et chacun avait un sac à dos bleu et leur livre ou leur jouet préféré. Joshua Perle, un témoin oculaire, décrit la procession de Korczak et des enfants dans le ghetto à l'Umschlagplatz (point de déportation vers les camps de la mort) :

« Un miracle s'est produit. Deux cents enfants ne pleuraient pas. Deux cents âmes pures, condamnées à mort, ne versaient aucune larme. Pas un seul d'entre eux ne s'enfuit. Aucun ne tenta se cacher. Ils s'accrochaient à leur professeur et mentor, à leur père et leur frère, Janusz Korczak, afin qu'il puisse les protéger et les préserver. Janusz Korczak marchait la tête penchée en avant, tenant la main d'un enfant, sans chapeau, une ceinture de cuir autour de la taille, et portant des bottes hautes. Quelques infirmières et infirmiers, suivis des deux cents enfants, étaient habillés de vêtements propres et méticuleusement entretenus, alors qu'elles étaient menées vers l'autel. (...) De tous les côtés, les enfants étaient entourés d'allemands, d’ukrainiens et cette fois-ci, de policiers juifs également. Ils les fouettaient et tiraient des balles. J'ai pleuré à la vue de la procession. »

Selon une légende populaire, lorsque le groupe d'orphelins atteint finalement l'Umschlagplatz, un officier SS reconnut Korczak comme étant l'auteur de l'un des livres préférés de ses enfants et lui offrit de l'aide pour s'échapper. Selon une autre version, l'officier agissait officiellement, les autorités nazies accordant une sorte de « traitement spécial » à Korczak (certains notables Juifs de réputation internationale furent envoyés à Theresienstadt). Quelle que soit la version, Korczak refusa une fois de plus. Il monta à bord du train avec les enfants et on n’en entendit plus parler.

 

La conférence débat, sera précédée comme toujours d’un buffet kosher (PAF : 12 €)

 

(*) Żegota était le nom de code de la Commission d'Aide aux Juifs, une organisation clandestine de la résistance polonaise, qui opérait en Pologne durant l'occupation allemande entre 1942 et 1945.

 

Informations supplémentaires