Gerard Akoun le 13 janvier 2014 au Farband

Chronique de Gerard Akoun du 17 décembre 2015 sur Judaiques FM

A l’issue du deuxième tour des élections régionales, le Front National n’a pas gagné de région mais a recueilli plus de 6 800 000 voix, un chiffre plus élevé qu’au premier tour. Le parti socialiste conserve cinq régions, les républicains, alliés au centre, en gagnent sept. Deux n’ont pu être l’être que grâce au retrait des listes PS dans le nord et dans le sud est de la France, en application du barrage républicain. Une troisième, la plus emblématique, l’Île-de-France, a été conquise grâce à un report important d’électeurs du Front National sur la liste de Madame Pécresse. Dans cette région, le Front National ne progresse pas, il régresse, au contraire, entre les deux tours.

Il est difficile avec ces résultats de pavoiser. Avoir empêché le clan Le Pen d’accéder à une présidence de région est, certes, un motif de satisfaction mais très insuffisant au regard des points marqués par le Front National à l’occasion de ces élections. Il a fait élire 358 conseillers régionaux, il sera représenté dans toutes les régions, son implantation s’est élargie, sa crédibilité a augmenté dans la société française, et plus important encore, Marine Le Pen est, déjà, qualifiée pour le second tour de la présidentielle.

À gauche comme à droite, tous les responsables politiques ont déclaré à l’issue de ces élections : « nous avons entendu le message des français ». Nous saurons bientôt, ce que le Président de la République, le gouvernement mais aussi l’opposition ont retenu de ce message. Auront-ils compris les raisons pour lesquelles des électeurs, jeunes pour beaucoup, s’abstiennent, ou se laissent dévoyer par le Front National alors que dans leur majorité, ce ne sont pas des fascistes. Ils sont plein de ressentiment, Ils se sentent sans avenir, exclus de cette société dans laquelle ils se sentent méprisés par les élites politiques. Ils ne voient pas se réaliser les promesses de la gauche comme, précédemment, celles de la droite. Certains d’entre eux cèdent au chant des sirènes lepénistes et vont grossir les rangs ses électeurs. Ils croient que Marine Le Pen en fermant les frontières, en revenant au franc, en appliquant la préférence nationale pourra leur offrir un avenir meilleur, ils se trompent. Pour barrer la route au Front National, de nombreux abstentionnistes du premier tour, sont allés, voter, dimanche dernier. Ils ne le feront pas, une seconde fois, si la situation de l’emploi ne s’améliore pas, s’ils ne constatent pas de changement dans la manière d’associer les citoyens à la vie politique.

Contrairement à ce que l’on pouvait croire, la première préoccupation des Français, celle qui les inquiète le plus, les derniers sondages l’ont montré, n’est pas le terrorisme ou l’immigration mais bien le chômage, le terreau sur lequel se développent les autres problèmes et dont le Front national fait son miel. Il est temps de déclarer l’état d’urgence contre le chômage, cela implique que cessent, sur ce thème, les querelles politiciennes, que la droite et la gauche travaillent ensemble à l’élaboration de mesures destinées à le faire reculer. Les Français, dans leur grande majorité, sont conscients que des réformes difficiles sont nécessaires, mais ils ne veulent, ni être taillables et corvéables à merci, ni « bénéficier » de salaires à 400 € ou de contrats de travail à zéro heure. Ces réformes ne pourront être acceptées que si elles sont étayées par « un pacte national pour l’emploi ». Il ne s’agit pas de former un gouvernement d’union nationale mais de se mobiliser contre le chômage, de le faire reculer, pour renforcer l’unité nationale menacée par l’extrême droite. Le feu couve dans la maison France, ces élections sont un dernier coup de semonce et chacun doit prendre ses responsabilités avant que ne s’institue un climat de guerre civile.

Gérard Akoun Judaïques FM 94.8

Gérard Akoun est co-président et trésorier de Judaïques FM. Il co-anime différentes émissions politiques avec Wladimir Spiro. Il est également l'auteur d'une chronique politique hebdomadaire que les auditeurs peuvent retrouver tous les jeudi à 8h42 sur Judaïques FM.

Informations supplémentaires