Photo Fernand Zerbib

Cher(e)s Ami(e)s,

 Au seuil de la Nouvelle Année, permettez-moi de vous souhaiter le meilleur pour vous et tous vos proches, ainsi que pour le Farband qui nous est cher.

 L’année qui s’est écoulée a vu de profondes transformations de notre organisation, tant dans la gouvernance que la constitution de nouvelles équipes autonomes et responsables avec un maitre-mot : donner un nouveau souffle et pérenniser le Farband.

 L’année qui arrive, nous verra dans un local entièrement rénové grâce à l’aide du Fonds Social Juif Unifié et avec, je l’espère, la réalisation et l’accomplissement de toutes les idées émises et discutées précédemment.

C’est grâce à votre engagement que nous réussirons dans ce que nous désirons tous : un grand et généreux Farband à la disposition de toutes les Sociétés adhérentes et de notre communauté.

Je vous souhaite une bonne et heureuse Année 2023, avec une bonne santé et que nous puissions nous revoir le plus souvent possible au Farband en toute amitié et convivialité.

 Avec toute mon amitié.

Fernand Zerbib
Président du Farband

 

  ________________________________________

 

Photo Fernand Zerbib

Le président du FARBAND a été interviewé ce vendredi 11 novembre sur RCJ, la Radio de la Communauté juive.

Deux thèmes étaient à l'ordre du jour :

  • Le FARBAND, c'est quoi ?
  • Qu'elles sont les contributions du FARBAND à l'appel de la TSEDAKA du Fonds Social ?

Ecoutez cet entretien en cliquant ici : Entretien du président sur RCJ

 

TSEDAKA 2022

  La Tsédaka FSJU est la grande campagne de collecte unitaire menée par le Fonds Social Juif Unifié, association reconnue d’utilité publique et dont l’objectif est de soutenir financièrement les associations qui luttent contre la précarité sous toutes ses formes : handicap, chômage, exclusion, isolement des personnes âgées…

Le FARBAND en fait partie. 

Soutenez cette action remarquable !

 Pour en savoir plus → tsedaka.fsju.org

 

Yizkor 2021


Cérémonie 

Dimanche 2 octobre 2022, à 11h30 

au Cimetière parisien de Bagneux

Le FARBAND -Union des Sociétés Juives de France-, appelle à participer à la 77ème commémoration annuelle des victimes de la Shoah, devant le Monument des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs Etrangers.

 VENEZ NOMBREUX !

 
ZAKHOR 

SOUVIENS-TOI des SIX MILLIONS de nos frères et sœurs, anéantis dans les plus grandes souffrances par les barbares nazis;
ZAKHOR
SOUVIENS-TOI des combattants héroïques du Ghetto de Varsovie et des autres Ghettos qui, les armes à la main, ont défendu l’honneur du Peuple Juif;
ZAKHOR
SOUVIENS-TOI des dizaines de milliers de soldats, résistants et partisans tombés sur tous les fronts en combattant l’ennemi nazi;
ZAKHOR
SOUVIENS-TOI des combattants juifs qui se sont sacrifiés pour l’Indépendance et l’existence de l’Etat d’Israël.

Version Yiddish

 

 

 Evelyne GRUMBERG

 Remise du prix lundi 24 octobre 2022 à 18h45 à la
Mairie du 10ème arrondissement
72, rue du Faubourg Saint Martin
75010 PARIS
(Métro Chateau d'eau ou Gare de l'est)

  Il sera suivi d'un concert de la Chorale Shira Ve Simh'a sous la direction de Charles Mesrine.

  Attribué par le FARBAND, l'Union des Sociétés Juives de France, le prix Idl Korman récompense une personne qui œuvre en faveur du yiddish. 

  Pour l'année 2022, il est attribué à Mme Evelyne GRUMBERG pour ses réalisations en faveur du Yiddish.

  Née en 1950 de parents germano-yiddishophones, elle est très vite attirée par les livres et la danse, et se dit parfois en secret qu’un jour elle apprendra le « vrai » (?) yiddish. Après des études de lettres classiques à la Sorbonne, elle est sommée de réintégrer un cursus – très classique lui aussi – de shmatologie dans l’entreprise familiale tout en enseignant pendant quelques années la danse contemporaine. À partir des années 1980, elle se décide à trouver du travail dans l’édition, notamment aux Guides Bleus où elle voyage en chambre jusqu’à la naissance tardive de son fils en 1991. Après quelques travaux en free-lance, et la première rentrée des classes en 1997, elle songe (mollement) à écrire l’une des vingt thèses qui paraissent chaque année sur Proust quand en 1998, elle lit dans le Monde un article de Rachel Ertel sur la richesse de la littérature yiddish et comprend qu’elle a mieux à faire. Elle se met vite à l’étude avec les professeurs de la Bibliothèque Medem, commence par faire partie de l’équipe de correcteurs du dictionnaire yiddish-français, se lance dans la traduction, écrit des articles dans le Yidisher tamtam, et depuis 2004 est responsable des projets éditoriaux à la Maison de la culture yiddish.

Langues : anglais, allemand, yiddish (toutes avec un accent à couper au couteau, oy vey !) ...

 Pour plus d'information sur Idl Korman et ce prix, lire "Idl Korman, homme d'exception (1905-1979) 

Informations supplémentaires