EDITO

    Cette demande nous interpelle et suscite plusieurs questions : La reconnaissance unilatérale de la Palestine par la France apporterait-elle une réponse ? et à quelle question ? Est-ce que cette reconnaissance résoudrait le conflit inter-palestinien entre l'Autorité palestinienne à Ramallah et le Hamas à Gaza ? Est-ce que la condition des palestiniens en serait améliorée ? Est-ce que cette reconnaissance ferait baisser les attaques terroristes sur Israël? Est-ce que les conflits cités ci-dessus en seront résolus ?  Ainsi sur les 925 parlementaires français (348 sénateurs et 577 députés), 154 ont cette obsession d'Israël, qui leur fait penser que tous les malheurs d'un monde chamboulé par le terrorisme djihadiste et les guerres seraient résolus parce que François Hollande annoncerait la reconnaissance de la Palestine.
Assemble nationale

 

  Cette demande nous interpelle et suscite plusieurs questions :

  • La reconnaissance unilatérale de la Palestine par la France apporterait-elle une réponse ? et à quelle question ?
  • Est-ce que cette reconnaissance résoudrait le conflit inter-palestinien entre l’Autorité palestinienne à Ramallah et le Hamas à Gaza ?
  • Est-ce que la condition des palestiniens en serait améliorée ?
  • Est-ce que cette reconnaissance ferait baisser les attaques terroristes sur Israël?
  • Est-ce que les conflits cités ci-dessus en seront résolus ?

 Ainsi sur les 925 parlementaires français (348 sénateurs et 577 députés), 154 ont cette obsession d’Israël, qui leur fait penser que tous les malheurs d’un monde chamboulé par le terrorisme djihadiste et les guerres seraient résolus parce que François Hollande annoncerait la reconnaissance de la Palestine.

 Cet appel nous semble plutôt répondre à des préoccupations électoralistes irresponsables et que nous regrettons.

 Le Crif a depuis longtemps clairement annoncé sa position, rappelée par Francis Kalifat dans son discours au Dîner du Crif le 22 février dernier : « je rêve souvent d’un Etat d’Israël en paix avec tous ses voisins. Et quand je suis éveillé, j’arrive toujours à la même conclusion : les deux parties doivent négocier directement pour aboutir et vivre côte à côte dans la paix et la sécurité. Elles n’arriveront à ce résultat qu’au prix d’efforts et de compromis pour chacune d’entre elles. Cette position est, depuis longtemps, celle du CRIF ».

 A quelques mois du 70ème anniversaire de l’adoption par l’ONU du Plan de partage de la Palestine le 29 novembre 1947, il est bon de rappeler à nos parlementaires que ce Plan prévoyait que « les états indépendants arabe et juif … commenceront d’exister en Palestine … le 1er octobre 1948 au plus tard ».

Robert Ejnes

Partager:

Autres articles dans la même catégorie

Il n'y a plus de publications
Il n'y a plus de publications