La dignité retrouvée du cinéaste Bernard Natan

Myriam ANISSIMOV nous présente ce livre avec rigueur et pertinence dans l'analyse que vous pourrez lire en suivant ce lien "La dignité retrouvée du cinéaste Bernard Natan". Nul doute, l'on n'en ressort pas indifférent.


ppar Myriam Anissimov, écrivain, critique littéraire et artistique

Nous avions déjà consacré une soirée au FARBAND sur Bernard NATHAN, né Natan Tannenzaft de parents juifs en Roumanie, qui a contribué à fonder l’industrie du cinéma en France et a été l’un des personnages les plus importants de l’industrie cinématographique de l’avant-guerre.

L’affaire Bernard Natan Avec son dernier livre, “L’affaire Bernard NATAN, les années sombre du cinéma français”, Dominique Missikav revient sur la carrière du producteur juif dont le succès fut interrompu par la montée de l’antisémitisme et qui fut assassiné à Auschwitz.

 

Myriam ANISSIMOV nous présente ce livre avec rigueur et pertinence dans l’analyse que vous pourrez lire en suivant ce lien “La dignité retrouvée du cinéaste Bernard Natan”. Nul doute, l’on n’en ressort pas indifférent.

Myriam Anissimov est l’auteur de plusieurs biographies de référence (Primo Levi, Romain Gary, Vassili Grossman et Daniel Barenboim) et de plusieurs romans, parmi lesquels La Soie et les Cendres, Sa Majesté la Mort et Jours nocturnes. Elle a été critique littéraire et artistique pour Le Monde de la Musique et de nombreux titres de la presse nationale. Elle a préfacé et favorisé la réédition de Suite française d’Irène Némirovski et celle du Pianiste de Wladislaw Szpielman, adapté au cinéma par Roman Polanski. Son roman, Les Yeux bordés de reconnaissance, a reçu le Prix Roland-de-Jouvenel de l’Académie Française en 2018. En 2021, elle a publié Oublie-moi cinq minutes ! (Seuil).

 

Partager:

Autres articles dans la même catégorie